.AAOARTS........Marie-Catherine Daffos........Jean-Luc Estournel ................................................................................................Expertise........Consulting........Auctions

 
 

Collection Josette et Théo Schulmann

"Une aventure esthétique"

Vente le 11 juin 2019 chez Cornette de Saint-Cyr

6, avenue Hoche 75008 Paris

télécharger le catalogue

 
 

Tous deux passionnés par les arts, Josette et Théo se rencontrent en 1936 et se marient en 1939. Leurs personnalités complémentaires de « découvreurs » se sont imbriquées en une combinaison unique associant avec succès le design le plus moderne aux témoignages les plus représentatifs des anciennes civilisations.

Après une formation à l'école Boulle, Théo intègre l’entreprise familiale « Le Palais du Mobilier » à Casablanca. En 1957, il fonde à Paris avec son frère Michel la société « Mobilier International » contribuant ainsi amplement à l’émergence du design en France et à la reconnaissance d’artistes internationaux tels que Arne Jacobsen, Charles & Ray Eames, George Nelson, Hans Wegner, Gio Ponti, Poul Kjaerholm, Verner Panton, Oscar Niemeyer, ou de créateurs français, parmi lesquels Pierre Guarriche, Jean-Pierre Vitrac, Jean-Louis Berthet, Pascal Mourgue, Jean-Michel Wilmotte, Pierre Paulin, Michel Mortier…

En parallèle, animée par son goût pour les arts d’Asie, Josette entre à l’école du Louvre et suit les cours de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes où elle étudie avec le grand orientaliste Vadime Eliseeff, alors conservateur du Musée Cernuschi.

En 1962, avec le soutien de Théo, elle ouvre au 17 rue de Grenelle la galerie "Archéologie d'Asie". Rapidement séduits par sa personnalité, ses compétences, sa générosité et son honnêteté, les collectionneurs et conservateurs de muées internationaux lui accordent leur confiance et exploitent ses talents de cherheuse de trésors pour enrichir leurs collections.

Aventurière dans l’âme, elle voyage à travers le monde à la rencontre des cultures lointaines ou disparues, et s'intéresse plus particulièrement aux arts de l’Inde et de l’Himâlaya dont elle devient rapidement une spécialiste reconnue. En 1977, elle prête anonymement plusieurs pièces de sa collection personnelle pour l’exposition « Dieux et Démons de l’Himâlaya » organisée par Gille Béguin, conservateur au Musée National des Arts Asiatiques - Guimet dans les Galeries Nationales du Grand Palais.

Encouragée par son ami et voisin Maurice Ratton, elle obtient son agrément d’expert professionnel, débutant ainsi une nouvelle activité dont témoignent les nombreux catalogues de ventes à l’Hôtel Drouot qu’elle a rédigés, souvent en partenariat avec son complice et ami Jean-Claude Moreau-Gobard.

C’est le développement croissant de cette activité qui la conduit naturellement à fermer sa galerie en 1977.

Dans les années 1980, l'œil toujours en alerte, elle est une des premières à saisir l'intérêt ethnographique et esthétique des masques provenant des communautés villageoises et des grands monastères lamaïques de l'Himâlaya. La remarquable collection qu'elle constitue alors est exemplaire par la qualité des pièces qui la composent, leur diversité et leur force expressive. Nombre de ces masques ont été prêtés pour enrichir les expositions majeures et les principales publications dédiées à ce sujet.

En 1997, en forme d'hommage, Josette décide d’associer Théo à la donation de six objets de la collection et des 1 257 volumes de sa bibliothèque spécialisée au musée Cernuschi. (cf. article de Gilles Béguin in « Arts Asiatiques » n° 53, 1998, pages 85 à 88)

 

 

 
 

The Josette and Théo Schulmann Collection: "An aesthetic adventure"

Both passionate about the arts, Josette and Theo meet in 1936 and get married in 1939. Their complementary personalities of "discoverers" have intertwined in a unique combination successfully combining the most modern design with the most representative testimonies of ancient civilizations .

After a training at Boulle school, Theo joined the family business "Le Palais du Mobilier" in Casablanca. In 1957, he founded in Paris with his brother Michel the company "Mobilier International" thus contributing greatly to the emergence of design in France and to the recognition of international artists such as Arne Jacobsen, Charles & Ray Eames, George Nelson, Hans Wegner, Gio Ponti, Poul Kjaerholm, Verner Panton, Oscar Niemeyer, or French designers, including Pierre Guarriche, Jean-Pierre Vitrac, Jean-Louis Berthet, Pascal Mourgue, Jean-Michel Wilmotte, Pierre Paulin, Michel Mortier ...

In parallel, animated by her taste for the arts of Asia, Josette enters the school of the Louvre and follows the courses of the Ecole Pratique des Hautes Etudes where she studies with the great orientalist Vadime Eliseeff, then curator of the Cernuschi Museum.

In 1962, with the support of Théo, she opened the gallery "Archéologie d'Asie" at 17 rue de Grenelle. Quickly seduced by his personality, his skills, his generosity and his honesty, international collectors and curators give him their trust and exploit his talents as a treasure hunter to enrich their collections.

A true adventurer, she travels the world to meet distant or disappeared cultures, and is particularly interested in the arts of India and Himalaya where she quickly becomes a recognized specialist. In 1977, she anonymously lends several pieces from her personal collection for the exhibition "Gods and Demons of the Himalayas" organized by Gille Béguin, curator at the National Museum of Asian Arts - Guimet in the National Galleries of the Grand Palais.

Encouraged by her friend and neighbor Maurice Ratton, she obtained her professional expert certification, thus starting a new activity as evidenced by numerous sales catalogs at the Hôtel Drouot that she wrote, often in partnership with her friend and friend Jean -Claude Moreau-Gobard.

It is the growing development of this activity that naturally led her to close her gallery in 1977.

In the 1980s, with the eye still on the alert, she was one of the first to grasp the ethnographic and aesthetic interest of masks from village communities and the great Lamasque monasteries of the Himalayas. The remarkable collection that it constitutes then is exemplary by the quality of the pieces that compose it, their diversity and their expressive force. Many of these masks have been lent to enrich the major exhibitions and the main publications dedicated to this subject.

In 1997, as a tribute, Josette decides to associate Theo with the donation of six objects from the collection and 1,257 volumes of its specialized library at the Cernuschi museum. (see article by Gilles Beguin in "Asian Arts" No. 53, 1998, pages 85 to 88)

 
 
 
 

 
..Textes & Images : (c) marie-catherine daffos & jean-luc estournel /aaoarts.com 1997 / 2019
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
eXTReMe Tracker